Qu’est ce qu’on va manger ce soir ?

 C’est la question que nous a posé Hubert Reeves le 12 janvier à Loos, lors de sa conférence « l’avenir de la vie sur la terre »

 Selon Woody Allen, il y a effectivement 4 grandes questions : D’où venons nous, qui sommes-nous, où allons nous…. et que mangeons nous ce soir ?

 Cette boutade d’introduction donne le ton : à la fois exposé scientifique (comment la vie a t elle commencé sur terre ?), écologique (comment faire pour   qu’elle ne s’arrête pas ?) en passant par l’humour et la poésie (« savez-vous que les étoiles sont nos grands-mères ? »).

 La vie sur terre a déjà connu des hauts et des bas…. et pour la 6ème fois, nous allons vers le bas. La différence cette fois, c’est que l’homme est à la fois la cause , la victime et le sauveur potentiel .

La terre n’est pas infinie, nous l’avons définitivement compris à Loos ; plus de 50 % des espèces animales pourraient bien avoir disparu pour la fin de notre siècle ; les grenouilles, les papillons, les vers de terre qui rendent nos terres cultivables, disparaissent….

+ d’humains

- de terres fertiles

=  dans 30 ans, que trouvera t on dans nos assiettes ?

Cet homme de 79 ans force le respect, parce qu’il dégage l’image du savant dont l’expertise dépasse largement la sphère de l’astrophysique, mais aussi parce qu’il s’engage pour la génération qui grandit près de nous aujourd’hui.

Il se dit ni optimiste, ni pessimiste, mais il délivre un message clair : pour sauver la vie humaine sur terre, il faut être déterminé, essayer sans savoir si on va réussir

Personne ne sait aujourd’hui ce que sera la planète en 2050, mais chacun à sa mesure, doit prendre ses responsabilités, et préparer des lendemains certes plus frugaux, mais peut être plus ……..

Les conférences et sommets sur les thèmes écologiques, même s’ils échouent, sont des motifs d’espoir : la communauté internationale prend conscience de la crise écologique. Reste à agir, à convaincre de l’urgence des mesures à prendre.

Pour nous, pour aujourd’hui, Hubert Reeves, président de l’association « humanité et biodiversité », demande de créer chez nous, sur notre balcon, dans notre jardin, un espace nature , un lieu de vie qui préserve la biodiversité, comme un oasis pour sauver la nature.

Le créer chez soi, dans nos établissements ? et l’afficher pour faire, déjà, un pas vers demain….

Voir le site : http://www.roc.asso.fr/non-chasseur/refuge-interdire-chasse.html